Publié par : Félix | février 9, 2010

Le syndrôme Eminem?

J’ai eu une conversation plutôt intéressante sur Eminem avec un de mes ami. Personnellement, je ne connais rien de ce personnage, donc le personnage en question n’est pas vraiment intéressant pour moi. Ce qui l’est, c’est plutôt son dédoublement de personnalité. Selon mon ami, Eminem possède deux personnalité, sois Marshal Matters et Slim Shady. Marshal Matters est la personnalité initiale alors que Slim Shady est la personnalité plus cru, plus direct d’Eminem. Ce dernier serait apparu suite à une période dépressive de la première personnalité. J’ignore si c’est vrai et je n’ai pas l’intention de faire de recherche sur le sujet.

Quoiqu’il en soit, mon ami se demanda si mon syndrome était similaire, mais à plus grande échelle. C’est pour cela que j’écris ce billet. Mon syndrome n’est pas celui d’un dédoublement de personnalité. Je reste moi-même en tout temps  et je suis toujours en contrôle de mon corps (sauf lorsque Félix 5 a tenté de prendre possession de mon corps, mais ça,  c’est pour un autre billet).

Si! Ma personnalité a probablement changé au contact des Félix. Probablement qu’elle continue à changer. Mais elle change au même rythme que quelqu’un qui fréquente pendant de longue période d’autre personnes. Ce qui n’est pas le cas d’Eminem à ce que j’ai pu comprendre. De son côté, cela ressemble plus à une confrontation subtile entre les deux personnalités distinctes pour le même corps. Peut-être qu’ils partagent la même mémoire comme ils peuvent avoir, chacun, un portion différente. Leur façon d’interpréter la vie doit être différente par contre. L’un d’entre eux doit être plus froid, plus sinistre que l’autre.

Dans mon cas, c’est plutôt une « cohabitation cérébrale ». Je suis propriétaire des lieux et les Félix sont tous des locataires. Il n’y a pas de bataille à savoir qui a le contrôle, cela fût réglé il y a plusieurs années. Et ce ne fût pas très difficile puisqu’ils ont établies de façon unanime que j’étais le maitre du corps. Les Félix ont chacun leur pensée et leur propres souvenirs. Nous sommes tous conscient des autres et nous préférons la coopération au lieu de l’affrontement. De mon côté, je tente de les satisfaire de mon mieux tout en faisant attention à ce que ça ne nuise pas à ma vie. C’est pour cela que la majorité des gens ne se doute pas que je possède un tel syndrome.

Et j’en suis bien heureux. Je suis heureux de percevoir le monde tel qu’il est, d’être constamment moi-même, d’avoir le contrôle de mon corps sans avoir à me battre pour ce dernier. Je suis heureux de ne pas avoir de psychose, d’être confronté à une réalité secondaire.

Finalement, je suis heureux que mon syndrome ne soit pas problématique et que mon entourage réagit bien à la découverte de ce dernier.

Publicités

Responses

  1. Bien que je ne sois pas non plus adepte d’Eminem, je crois qu’il serait un peu facile de spéculer sur la nature du personnage relativement à un syndrome suite à une confrontation à ce dernier tandis que la réalité réside probablement plutôt dans l’aspect « marketing » du sujet. Souvent, on dirait que le simple fait de prendre conscience d’un phénomène X nous amène à le voir partout où on le le voyait pas avant et il faut faire attention de ne pas abuser, simplement. L’exercice est quand même intéressant.

  2. C’est pour cela que j’ai précisé que je me fiait à mon ami et que je n’avais pas l’intention de confirmer la véracité de cette affirmation. C’est probablement un coup de marketing, mais cela nous donne le loisir de spéculer sur des problème hypothétique de la personne.

    L’humain a tendance à associer ses intérogations à des phénomènes similaire afin de ne pas nager aveuglement dans l’inconnu. Cela aide à mieux comprendre le phénomène. Il faudrait, un jour, que je fasse un billet me comparant à John Forbes Nash jr.

  3. La comparaison est effectivement inévitable et on tente toujours de rattacher nos perceptions à ce que l’on connait, un peu comme on associe la forme des nuages à des éléments définis. Je ne connais pas beaucoup John Forbes Nash Jr. entant qu’individu mais j’ai adoré le film « Un homme d’exception ».

  4. J’ai, moi aussi, connu John Forbes Nash Jr grâce à ce film et cela ma permis de découvrir sa théorie des jeux, qui est une théorie fascinante.

    Le film fut une merveille du cinéma biographique. J’ai bien apprécié ce chef d’oeuvre moi aussi. Le visionnement de ce film et le fait qu’il a réussis à maitriser son syndrome m’a encouragé et donné espoir de faire de même avec le mien.

  5. Je n’avais pas vraiment figuré à quel point le film était fidèle à l’histoire de l’homme mais ça semble bien démontrer sa réalité, quoi qu’il en soit, et il va sans dire que c’est une vie inspirante que la sienne.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :