Publié par : Félix | mai 4, 2010

Le commencement

Je ne me souviens pas comment tout cela a commencé. J’ai l’impression qu’ils ont toujours été présent. Selon eux, ils ont 11 ans. Cela veut dire qu’ils se sont manifesté lorsque j’avais 15 ou 16 ans. C’est l’âge normal à laquelle les syndrome schizophrénique commence à se manifester. Pourtant, aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu des amis imaginaires. Je n’étais pas très populaire à l’école donc je créais mes propres relations. La seul relation amicale que j’avais étais celle avec mon ami d’enfance, amitié qui perdure depuis 23 ans. J’ai commencé à avoir de vrais amis dans les alentours de 15 ans. Ce qui m’intrigue, c’est pourquoi ils se sont manifesté au moment ou j’avais le moins besoin d’eux? Et surtout, en quoi sont-ils différent de ceux d’avant?

Bien évidemment, au départ je les refoulais. Je ne les considérais pas comme des entités à part entière. Je croyais qu’ils était le fruit de mon imagination et je les ignorais, tout simplement. Au départ, cela ne créa pas de problème. Le manège à duré approximativement deux ans. Je les ignorais et eux grognait un peu, mais sans plus. Ce n’est qu’à l’aube de mes 18 ans qu’une crise existentiel de leur part se manifesta, ce qui fit en sorte que je tomba presque qu’en dépression. J’étais au cégep et mon programme me décevait énormément. Donc je me questionnait sur mon choix de carrière. Je n’avais vraiment pas besoin de cette manifestation de leur existence pour le bien de ma santé mentale. Inutile de vous dire que je suis tombé dans une sorte de dépression.

Ils réclamait leur droit d’existence. Le droit à leur personnalité. Le droit à leur décision sur mes actes, mes mouvements. Ils était quatre à ce moment là. Ce fut difficile, mais je réussis à parlementer. Nous nous sommes mit d’accord sur le fait que j’étais la personnalité dominante. En échange, j’acceptais de leur faire plaisir, de respecter leur désir de s’exprimer sans nuire à ma vie. Ce fut loin d’être facile, vivre cinq vie avec une seule, mais avec persévérance et beaucoup d’essai et erreur, j’ai réussis à trouver un équilibre. Grâce à cela, j’ai découvert de nombreux groupe de musique dont j’aurais ignoré autrement. J’ai découvert des humoristes, un désir d’engagement sociale. Ils ont forgé l’homme que je suis aujourd’hui.

Ce fût une étape éprouvante, mais je crois en être ressorti plus fort. J’ai aussi la chance d’avoir des être conciliant, qui ont conscience de leur état et qui font en sorte que nous ayons une vie fonctionnelle et saine. Je ne sais pas si c’est une situation rare ou non, mais selon mon infirmière psychiatrique, peu de gens ont la force de volonté à si bien contrôler ses personnalité. Je suis heureux qu’ils soient là aujourd’hui et je crois qu’ils ne font qu’ajouté des couleurs à l’être que je suis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :