Publié par : Félix | juillet 13, 2010

La transition

Je suis actuellement en transition de médicament. Mes anciens médicament faisait leur travail à merveille, sauf qu’il y avait un petit inconvénient… ils me faisaient prendre du poids. 50 livres en six mois pour être plus exact. Pourtant, j’ai commencer à m’entrainer afin d’essayer de ralentir, voir stopper l’effet. Seul résultat, je grossis toujours, mais plus lentement. C’est pourquoi mon médecin m’a proposé de changer de médicament contre un nouveau qui n’est pas censé avoir d’effet grossissant. Seul hic, il faut que le changement sois progressif, soit nous montons la dos du nouveau médicament jusqu’au niveau désiré, puis nous baissons l’ancien. Jusque là, pas de problème, sauf que j’ai, actuellement, la dose double d’anti-psychotique dans le corps. Résultat, les Félix ont tendance à disparaitre… pendant de longue périodes.

C’est très déstabilisant. Je sens un vide. Cela fait, après tout, dix ans qu’ils était présent en permanence. Avant je tombais dans la lune car je leur parlais, maintenant je tombe dans la lune car je les cherche. Je sais que ce n’est que durant le temps de transition… mais ils me manquent tout de même. Le seul qui semble mieux résisté, c’est le premier. Mais ses chansons sonnent écho. Au moins, je sais qu’ils sont toujours là, quelque part et qu’il reviendrons bientôt.

Publicités

Responses

  1. C’est une période inconfortable la transition de médicament. Dans ce cas-ci je pense que c’est tout à ton avantage pour ta santé physique.
    Tout cas, je compatis.
    Ah et j’ai entendu que canicule et anti-psychotique c’est rough. Sois prudent. Moi je ne prends qu’une dose bébé (12.5g-25g) pour mon anxiété et j’évite quand il fait trop chaud.

    Tk, si Félix se sent seul, la rousse est à l’écoute!

  2. C’est à mon avantage pour ma santé physique, mon bien-être personnel et ma confiance en soi. Disons que ça fait mal lorsque tu prend autant de poids en si peu de temps, mais je préfère cela que de laissé le cinquième hors de contrôle.

    Tu sa bien entendu, anti-psychotique et canicule égale nausée pour moi. Je me tiens donc dans les endroit climatisé et j’ai ma bouteille d’eau avec moi.

    La quantité d’anti-psychotique que je prend est aussi minime. Le but est de neutralisé le cinquième sans affecté les autres. Pour l’instant, ça fonctionnait à merveille avec 2 mg de Risperidone. Maintenant, je prend 5 mg d’Abilyfly qui est censé être la dose équivalente. Mais les deux ensemble fais en sorte que les Félix disparaissent. Mais bon, théoriquement, tout devrait rentré dans l’ordre d’ici une semaine ou deux.

    Félix ne se sent pas seul, il a de bon amis (dont sa coloc) et un bon support moral. Ceci dit, si la rousse veux que nous nous rencontrons, je suis pas contre.

  3. La rousse est partante. J’aimerais bien qu’on se fasse une rencontre de blogueur d’ici la fin de l’été. Je te tiens au courant.

    Je suis contente de savoir que tu es bien entouré 😀
    Et merci de partager ce que tu vis. Ça me touche et je trouve ça intéressant en tant qu’étudiante en psycho d’avoir accès à un partage si transparent.

  4. J’étais renfermé comme la majorité des schizophrène et personne étant affecté par ses dérivés, mais j’ai vraiment l’intention de contribué à faire tomber le tabou sur ces syndromes, c’est pourquoi je m’affiche ouvertement et que je partage nos expériences.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :