Publié par : Félix | décembre 27, 2010

Hara kiri

Bon, tout d’abord je tiens à m’excuser du retard de une journée. Cette année, mon noël c’est plûtot bien passé. Ce ne fût pas le cas de l’an passé et de voilà deux ans. L’an passé, le souvenir étais trop présent. L’année d’avant… et bien vous comprendrez bientôt. Mais avant, je tiens à clarifier une chose, j’aime noël. J’aime cette fête rassembleuse, j’aime voir ma famille. Je me sens bien avec eux, surtout depuis qu’ils acceptent plus mon syndrome. Mais il y a un hic à noël, le souvenir de noël 2008.

Il est important de noté que cela faisait déjà pratiquement six mois que je me battais contre le cinquième pour le contrôle de mon corps. J’ai gagné la majorité des batailles, j’en ai perdus quelques-unes… ça m’a même couter mon couple, mais en règle général, j’avais le dessus sur lui. Fait étrange, les quatre autre était impuissant face au cinquième principalement parce qu’ils ne le percevaient pas. J’étais le seul à le voir. La soirée du 24, le cinquième était particulièrement tranquille, j’ai associé cela au fait que j’étais plus fort moralement car le temps des fêtes me rends joyeux et que les jours qui allait suivre allait être des journées plutôt calme dans la guerre m’opposant au cinquième.

Naïf que j’étais. Il a attendu au 25 au soir, alors que j’étais avec ma famille élargie pour attaquer. Et ce fût tout un assaut. Pour vous donner un exemple, c’est comme si j’étais dans mon château fort et que je me rendais compte que l’ennemi était à mes portes en regardant par la fenêtre et voyant les projectiles des catapultes allaient heurté les fortifications la seconde suivante.  L’attaque était d’une telle virulence que les quatres premier l’ont perçu immédiatement. Tout d’abord, j’ai perdu momentannément le contrôle de mon corps. Je parlais peu, de peur que ce soit le cinquième qui parle. Je l’entendais me murmuré que j’allais mourir, que j’étais en train de mourir… que je devais mourir. Et je l’ai crû. L’attaque fût d’une telle efficacité que nous la savions perdu pour nous des l’assaut initiale. Le premier se mit à alterner entre le chant d’opéra et de death métal, hurlant ses chansons pour entérer le cinquième, le quatrième prit le contrôle de mon corps pour la première fois, afin que je me concentre contre le cinquième. Pendant ce temps, le deuxième, le troisième et moi-même essayons de trouver une solution. L’idée vint du deuxième. Il me dit que la bataille était peut-être perdu pour moi, mais il n’avait pas encore gagné. Nous devions trouver un moyen de le neutralisé.

C’est alors que je me suis mit à boire. Je me suis dit que si j’allait perdre le contrôle de mon corps, aussi bien lui offrir un corps incontrôlable. Je bois peu d’ordinaire, mais dernièerement, je m’étais mit à boire plus, car cela avait tendance à le neutraliser. Mais cela n’avait rien à voir avec la quantité que j’ai ingérer cette soirée là. J’ai facilement bû, à moi seul, une bouteille de champagne, une ou deux bouteilles de vin et une bouteille de porto. Le résultat fût là. Lorsque le quatrième lui céda le contrôle, nous étions totalement saoûl.

Je me souviens pas de ce qui c’est passé par la suite. Je sais que le cinquième à parler à mon frère. Que mes soeurs on entendu cette discutions car ils m’observaient, trouvant mon comportement étrange. J’ai conscience d’avoir répondu oui lorsqu’elles m’ont demandé si j’avais besoin d’aide. Je me souviens d’avoir été malade, que cela avait mit un terme à la soirée. J’ai dormi chez mes parents, dans le salon. J’ai été malade dans le lit. Je sais que le quatrième à parlé à ma grande soeur durant mon sommeil. Je sais pas ce qu’il lui a dit, mais il a communiqué avec elle, verbalement. Peu importe ce qu’il a dit, cela fût suffisant pour la convaincre que le problème était psychiatrique.

Ce noël est un mauvais souvenir, mais il fût déterminant dans mon cheminement. Il m’a fait prendre conscience que je n’allais pas gagné la guerre seul. Il a permis à ma famille de rassembler les outils pour m’aider. Il a permis au quatre premiers d’identifier le cinquième et de m’aider à lui résister, le temps qu’une aide plus efficace soit à ma portée.

J’ai pilé sur mon orgueil cette soirée là. Je me suis détesté, je n’arriverai probablement jamais à me pardonner de mes agissement cette soirée-là, même si ce n’était pas vraiment moi, mais jamais je ne pourrais remercier assez ma famille d’avoir été présent pour moi cette soirée-là et tout les jours qui on suivi. Mes soeurs sont resté sur le qui-vive tout le long des semaines jusqu’à ma rencontre avec la psychiatre. Elles ont fait tout le cheminement pour moi, elle m’on accompagné chez le médecin afin de faire la demande de suivi psychiatrique, elles étaient prêtes à me mener à l’hôpital à tout moment au cas ou une rechute se manifestait.

Décidément, ce noël fût un mauvais souvenir… mais je ne sais pas si je serais moi-même si il ne se serait pas produit.

Publicités

Responses

  1. C’est une sacré histoire. Mais une histoire qui montre l’importance d’être bien entouré en cas de crise. Et tu sembles bien entouré, à l’extérieur comme à l’intérieur de ta tête. Tu as l’avantage du nombre. 🙂

  2. Je voulais te souhaiter un joyeux temps des fêtes !
    Que l’année qui vient soit remplie de choses agréables et douces pour toi 🙂

  3. @Déréglé Temporel,
    J’ai l’avantage du nombre, mais j’ai le présentiment que la guerre n’est pas encore fini, seulement reporté. Quoiqu’il en soit, je reste sur le qui-vive, je ne ferai pas la même erreur deux fois.

    @Rouquinexx,
    Joyeuses fêtes à toi aussi, profite bien de ton année 2011 et, surtout, profite de ton voyage.

  4. Oui, les mauvais souvenirs et ces moments difficiles sont parfois déterminants dans un cheminement…

    Tu as de la chance d’avoir une famille comme ça qui a su agir de la bonne façon et te soutenir dans cette épreuve… D’autres se seraient enfermés dans un jugement tout sauf constructif.

    Bonne année, cher ami!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :