Publié par : Félix | août 4, 2011

L’antipathique

Bonjour,

Normalement, ce billet devrais être consacré au deuxième, mais il a insisté pour que le quatrième fasse la première partie. Donc billet conjoint pour aujourd’hui. Au sujet, une critique d’un jeu vidéo par le quatrième et description du quatrième par le deuxième. Alors commençons par la critique du quatrième. Je vous avertie, ceci sera un long billet.

Donc, voilà. Aujourd’hui, je vais vous parler d’un jeu que nous avons bien aimé, soit Lost Odyssey. En fait, je ne vais pas parler de la jouabilité, mais bien de l’univers et de l’ambiance qui fait de ce jeu un tel succès au près de nous.

Ce jeu est, en tant que tel un jeu de rôle tel que nous sommes habitués de les voir, avec magie, système de point de vie et de mana pour la magie ainsi que des niveau qui vont de 1 à 100. Bref, rien de très innovateur de ce côté. On frappe des tonneau et ouvre des coffres pour trouver des objets, on parle à pleins de gens et la majorité ont rien d’intéressant à dire… sauf sur un point que je décrirai plus tard. D’abord, je vais parler des personnages. Il y a quatre immortels, soit Kaïm Argonar, Satie Balmore, Sarah Sisulart ainsi que Ming Numara. Ils seront accompagnés de cinq mortels Jansen Friedh, Sed, Tolten, Mack et Cooke. Petite description rapide des personnage, Jansen Sed est le fils de Satie, Tolten l’héritier déchu au trône, Mack et Cooke sont les petits-enfants de Kaïm et Sarah et Jansen est initialement engagé pour aider et gardé un oeil sur Kaïm et Satie. Je ne développerai pas plus ces personnages car, bien qu’ils soient colorés, ce n’est pas l’aspect que je veux parler ici. Petite description brève des immortels, Kaïm est un être froid qui semble tout d’abord antipathique au reste du groupe. Un mercenaire qui ne vit que pour le combat et erre de champs de bataille à champs de bataille. Satie, tout comme son fils, est une pirate. Ming est la reine millénaire du royaume de Numara et Sarah… et bien elle est une érudite. Fait commun à tout les immortels, ils souffrent d’amnésie. Alors que Satie et Sarah tente de percer le mystère de leur immortalité, Ming se contente de diriger son pays du mieux qu’elle le peut alors que Kaïm… et bien il erre. De ce point de vue, cela semble peut attirant. Et le jeu pourrais rester ainsi si ce n’était des rêves.

En parlant au gens, il y a possibilité que les immortels, principalement Kaïm, découvre des souvenirs de leur vie passé sous forme de rêves. Les personnages prennent alors une toute autre couleur… principalement Kaïm. À travers les rêves, nous découvrons que Kaïm est loin d’être l’être antipathique qu’il démontre. Au contraire, c’est un être de compassion qui adore les gens qu’il rencontre, mais qui a tout simplement trop souffert de voir tant de gens partir alors que lui doit rester présent sur ce monde pendant un millénaire. Fait intéressant, les gens que Kaïm se souviens le plus sont des gens ordinaires, qui n’ont pas marqué l’histoire. Ces gens que l’histoire semble oublié sont pourtant les gens auquel Kaïm s’est attaché le plus. Vous pouvez lire une partie de ces histoires à cette adresse. L’histoire préféré de Félix est le vieux Gréo alors que la mienne est celui du retour d’un héros. Grâce à ces histoires, le jeu ainsi que les personnages prennent une toute autre couleur et je crois que c’est ce qui fait que ce jeu est si bon. L’évolution de l’histoire à travers les yeux d’être immortels et à quel point chaque être est important, peu importe ce dont vous faites, vous allez marquer quelqu’un.

Je recommande finalement ce jeu principalement pour cette immersion qu’il nous donne et que l’histoire, que dis-je, les histoires valent la peine d’être lu. Cela vous fera peut-être porter un nouveau visage par rapport au gens qui vous entourent.

Voilà pour la portion du quatrième, je cède donc la place au quatrième.

Donc, le quatrième fût décrit par Félix comme étant glaciale, mais remplis d’empathie. La raison pour laquelle j’ai laissé le quatrième parler du jeu Lost Odyssey est pour vous introduire Kaïm car je doit avouer que le quatrième me fait penser à Kaïm. La vérité est que le quatrième aime les gens, malgré sa grande froideur, ils les adorent. Et il est la principale raison pour laquelle chaque personne que Félix rencontre à une certaine importance à ses yeux. Le hic, c’est qu’ils s’attache parfois trop au gens et cela à tendance à le blesser… profondément. Mais malgré tout, il est incapable de détesté quelqu’un. Que ce soit l’homme qui a rentré Félix dans un mur ou encore une des ex-copines de Félix qui aurait pu lui brisé le coeur. Il en est tout simplement incapable. Il est toujours fasciné par l’histoire des gens, comment chaque rencontre forge les personnages que nous sommes et est aussi à la base de certains débats ardent que nous avons, soit y a-t’il une vie après la mort et si nous nous clonons, sommes nous la même personne sachant que nous n,avons pas la même expérience? Est-il possible qu’un être extrêmement violent aurais pu être d’une gentillesse extrême si il aurait rencontré d’autre gens?

Le quatrième est d’une complexité et d’une beauté fascinante et je crois que tout les Félix sont d’accord avec moi pour dire que c’est la personnalité la plus complexe et complète parmi les Félix. C’est le genre d’être que nous ne pouvons résumer car les simple fait de le résumer serait contradictoire avec son être. Je crois que la seule chose qu’il ne peut faire, c’est détester quelqu’un. Il peut avoir une réticence à la côtoyer, mais la détester, je ne crois pas. Pourquoi, il est le plus froid et le plus cinglant des Félix. Il est prêt à tous nous punir pour nos fautes, mais pourtant, il ne souhaite ni mort, ni souffrance à qui que ce soit. Il est d’une telle complexité que je n’arrive pas à le décrire en mots et il fût toujours une fascination pour moi. Ce n’est pas pour rien que Félix lui laisse le contrôle en tant de crise, il sait qu’il gardera son sang froid et sera d’un esprit analytique tel que cela pourrais effrayer la majorité d’entre nous, mais il restera tout de même humain et ne punirai pas sauf si c’est nécessaire et fera tout pour éviter que quelqu’un souffre, quitte à ce qu’il souffre plus. Nous avons d’ailleurs conçu un concept de paladin en se basant sur lui car, pour ceux qui connaissent donjon et dragons, il est un paladin. Pour ceux qui ignore ce qu’est un paladin, c’est un guerrier du bien, un défenseur de la veuve et l’orphelin, l’être qui souhaite ardemment faire le bien autour de lui et qui est incapable de voir la souffrance bien qu’il comprend qu’elle est parfois nécessaire.

L’épisode qui fût le plus difficile pour le quatrième fût le retour du troisième. Lorsque nous avons disparue, nous n’avons pas eu conscience ni du temps, ni de ce qui c’était passé… sauf pour le troisième qui fût conscient de tout. Et ce ne fût pas une partie de plaisir, loin de là. Nous ignorons ce qui s’est passé là-bas car il refuse de parler. Il s’est toutefois confié au quatrième et ce dernier à promis de garder le secret. Il déclare que ce n’est pas à lui de décrire ce qui c’est passé. Mais ce qui le blesse le plus, c’est de voir le troisième blessé et de savoir qu’il le sera toujours. À vrai dire, je crois que cela le déchire, mais il ne le montre pas. Chaque matin, il se lève avec sa froideur chaleureuse. Chaque matin, il s’informe à savoir comment nous allons et chaque jour il affronte avec le troisième le souvenir de cette disparition. Car le troisième fait des cauchemars, encore à ce jours, de cette disparition. Pourtant, le quatrième se lève chaque soir et s’assure que le troisième n’a rien. Et si nous osons lui demander comment ça va, il nous jette ce regard noir nous indiquant de se mêler de ce qui nous regarde, mais nous savons toutefois que c’est pour nous préserver plus que pour nous reprocher de notre tentative d’intrusion.

 

Autre fait étrange, il déteste gagner sauf si nous jouons en équipe. Chaque fois que c’est chacun pour soit et qu’il passe près de gagner, il sabote son avance afin qu’un autre gagne. Et en retour, il nous arrive parfois de se saboter aussi afin qu’il gagne… ce qui donne parfois une impasse…

Pour conclure, je tiens à vous dire que ce dont j’ai décrit du quatrième n’est qu’un parcelle de ce qu’il est. Après tout, je doute que nous pouvons décrire quelqu’un totalement, mais le quatrième reste une fascination pour moi et je tenais à vous le partager.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :