Publié par : Félix | mai 28, 2012

La mort

Récemment, il y a eu une tragédie dans ma famille, car toute mort est une tragédie. Malgré tout, je n’ai pas pleuré car je ne pleur pas les morts, je n’en ressent pas le besoin. Je ne suis pas triste et je ne trouve pas la vie injuste à cause de cela. Ce n’est que l’aboutissement d’un cycle. Toutefois, il m’arrive de pleuré la souffrance, car je n’y suis pas insensible. Heureusement, l’être cher n’a pas souffert. Cet être l’avais senti aussi, ayant tout préparé pour facilité la tâche à sa compagne et sa progéniture. En échange de cet acte, nous faisons le mieux que nous pouvons, soit supporté ceux qui sont le plus affecté par une telle tragédie.

 

La vie est rempli de tragédie de ce genre et d’autre genres, mais elle à aussi son lot de bonheur et il est important de se concentré sur ce lot. Personnellement, je ne pleur pas les morts, mais je me remémore les bons moment vécus avec eux, de leur vivants. Je n’ai pas peur de les regardés, mais j’avoue avoir peur des funérailles. Pas des funérailles en tant que tel car c’est, dans ma famille, plutôt festif. Non, j’ai peur d,Une seul partie. Il y a toujours un silence lourd et je déteste ce silence. J’ai déjà fait un billet sur ce sujet, j’ai d’ailleurs légèrement abordé la puissance de tels silences, mais je n’ai pas décrit mon aversions pour ceux-ci. Il y a deux raisons pour laquelle je les détestes. Ces silences sont souvent emplis de souffrances. L’autre raisons est qu’il me font me rappeler du souvenir. Je sais que ce souvenir est faux, mais il est d’un réalisme si troublant qu’il m’a troublé pendant une partie de ma vie. Bien que j’ai réussis à me convaincre que celui-ci est faux, je ne peux m’empêcher de me le remémorer lors de tels moment. Je le déteste, mais je ne veux pas non plus l’oublier. Il me permet de me rappeler de l’importance de la vie.

 

Je ne crois pas en la réincarnation, ni à la vie après la mort. Je comprends que certains y croit, voir qu’ils ont besoin d’y croire et je n’essaierai pas de les convaincre qu’ils ont tort. Je vais même les encouragés dans leur visions pour si cela peut les réconfortés. Et ce n’est pas de l’hypocrisie. La vérité est que je ne sais pas ce qu’il y a après la mort, si il y a quelque chose. Personne ne le sait. Ma vision est que lorsqu’un être cesse de vivre, il continue d’exister tant et aussi longtemps que nous nous souvenons de lui. Lorsqu’il n’y a plus personne qui se rappelle de l’être, alors il cesse d’exister. Cela ne veux pas dire que la vie est inutile. Au contraire, la vie est loin de perdre sa signification avec une telle vision. Je vois dans la vie une raisons de progresser uniquement dans l’impact que nous avons dans la vie. Dès notre naissance, nous avons un impact majeur dans la vie de nos parents et notre entourage et les décisions que nous prenons au fils des ans façonne le monde. Cela peut-être une décision majeure, tel que vouloir donné la vie, ou mineur, tel que de décider de parler à quelqu’un. Certains sous-estimes les actes mineurs, mais ils peuvent avoir un plus grand impact que vous pensez.

 

Je ne suis pas une personne religieuse, mais je respecte la religion. J’ai peu de respect pour les clergés eux-même, mais j’ai du respect pour la religion dans son ensemble. D’ailleurs, j’ai une amies qui est une fervente pratiquante, allant à l’église en moyenne trois fois par jour. Pourtant, je me considère ouvertement comme athée. Je ne dit pas que je sait qu’il n’y ait pas de dieux ou de puissances supérieurs, mais je n’y crois pas, personnellement. Certains disent que la religion est un sujet tabou de nos jours et qu’il faut éviter d’en parlé. Pourtant, j’ai eu de magnifique discutions sur la (les) religion(s). L’important dans ces discutions est de resté objectifs et de ne pas dénigrer le point de vue des interlocuteurs. De toute façon, le dénigrement ne fait que tuer les discutions. Si nous respectons cette règle de base, cela peut mener à des discutions passionnantes et enrichissantes.

 

De plus, je ne crois pas qu’il y ait de mauvaise réactions face à la mort. Certains disent que des personnes sont sensibles ou insensibles dépendamment de leur réaction, d’autre disent qu’il sont fortes ou faibles selon ces même réactions. Pour ma part, je crois que cela dépend d’abord de ses croyances personnelles. Je ne dit pas que je ne vais pas pleuré la perte d’un être un de ces jours, mais normalement, je réagis plus au niveau de souffrance de la personne qu’à sa mort elle-même. J’aime bien aussi constaté les actes de ces personnes, de voir ce que les gens se souviennent d’eux. Et je déteste les querelles causé par la succession. Surtout lorsque cette dernière est monétaire ou matériel. Je n’ai pas de cas familiale dans ma génération ou celle directement au dessus de moi, mais il suffit de remonté d’une génération supplémentaire pour constaté les ravages que ces futilités crées. L’être que j’ai perdu à vécu cet événement et je sais qu’il souhaitait qu’une telle tragédie ne se reproduise pas. Pour ma part, si cela devrais ce produire, je préférerais ne rien avoir plutôt que d’endurer cela. Mais connaissant ma famille, je ne crois pas que cela va arriver.

 

Et cela me rend heureux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :